I-boycott.org : le manque d’éthique aura désormais un prix ! 💸

I-boycott.org : le manque d’éthique aura désormais un prix ! 💸

Un nouvel outil fera bientôt son apparition sur la 1ère plateforme de boycott citoyenne et participative en ligne i-boycott.org : le calcul du manque à gagner annuel de chaque entreprise boycottée. Concrètement, la somme qui sera visible correspond donc à l’argent que l’entreprise ne touchera plus chaque année grâce à la campagne de boycott en cours contre ses pratiques.

Un vrai levier pour mieux se rendre compte de l’impact des campagnes de boycott et inciter les entreprises au changement !

 

  • Comment ce chiffre est-il calculé ?

 

À chaque fois qu’un boycottant rejoint une campagne pour protester contre les pratiques d’une entreprise, le pop-up (ci-dessous) s’ouvre, lui demandant d’estimer sa propre consommation passée de la marque. Bien sûr, en rejoignant la campagne, le boycottant s’engage à ne plus consommer les produits de la marque tant que dure le boycott.

Par la suite, grâce aux réponses de la communauté, nous obtenons un % de chacune des 3 catégories.

Par exemple : sur les 29 552 boycottants de Starbucks : 5% d’entre eux ont répondu avoir été auparavant des clients fidèles, 46,3% clients occasionnels, et 48,7% n’étaient pas clients.

 

Puis nous appliquons les calculs suivants, basés sur le montant d’un panier moyen du consommateur de chaque entreprise. Chez Starbucks, le panier moyen est à 7€.

Client fidèle = 3,5 visites/mois = 25€

Client occasionnel = 1 visite/mois = 7€

Les non-clients comptent bien sûr pour 0€

Cette méthode de calcul permet de garantir que l’estimation du manque à gagner soit la plus réaliste possible. Chacun pourra prendre soin de vérifier la somme. Notre but :

Être au plus proche de la réalité pour mesurer concrètement l’impact des campagnes de boycott !

 

  • Un double intérêt

 

POUR LES BOYCOTTANTS :

Cet outil permettra désormais de traduire en une somme concrète le prix que le manque d’éthique fait perdre à la marque, en représentant la « perte » de chiffre d’affaire de l’entreprise boycottée. Les boycottants pourront ainsi mieux mesurer l’intérêt de la campagne et de leur propre engagement à ne plus consommer. Il est essentiel que chaque boycottant ait les moyens de chiffrer son action, lui permettant de s’inscrire dans une dynamique collective.

Une vraie source de motivation pour les participants

Ce nombre aura également l’avantage de matérialiser pour la première fois le prix de l’éthique, c’est-à-dire le pouvoir qui est dans les mains de celui qui consomme : en consommant une marque, nous approuvons ses actes, en la boycottant et en achetant une alternative concurrente plus éthique et durable, nous lui signalons que ses pratiques nous déplaisent.

ACHETER = CAUTIONNER

NE PAS ACHETER = NE PAS CAUTIONNER

Nous pouvons donc agir individuellement et collectivement sur le monde de demain en cautionnant ou ne cautionnant pas certaines pratiques. Pour la première fois, il existera une représentation chiffrée DU POUVOIR DE (ne pas) CONSOMMER 🔥

 

POUR LES ENTREPRISES BOYCOTTÉES :

Pour les multinationales boycottées, cette évaluation de leur manque à gagner aura valeur de motivation au changement et sera, I-Buycott l’espère, source de questionnements et de réflexion.

De plus, i-boycott.org étant une plateforme ayant pour but de réunir en une force collective la somme des boycotts individuels isolés, nombreuses sont encore les personnes qui boycottent sans nécessairement y être inscrites. Par conséquent, le manque à gagner calculé sera une estimation basse, puisqu’il ne prendra en compte que celles et ceux inscrit.e.s sur la plateforme.

Enfin, bien sûr, la somme ne représente « que » le manque à gagner que l’entreprise aurait pu toucher en ayant des pratiques plus éthiques et durables. Mais rappelons-le : les campagnes de boycott font bien plus que seulement priver l’entreprise de notre argent. En la boycottant, nous portons également atteinte à son image de marque, pour laquelle les plus grandes multinationales sont prêtes à dépenser des sommes astronomiques. Celle-ci a un prix inestimable, irréductible au manque à gagner. À titre d’exemple, une vidéo dénonçant les pratiques de la multinationale Coca-Cola touche plusieurs millions de spectateurs sur les réseaux sociaux et connaît un relai médiatique qui entache la réputation de la firme.

Le manque d’éthique, une note salée pour les entreprises !